Chépa
Le Catamaran

!!! CETTE PAGE N'EST PLUS MISE A JOUR. DESOLE. !!!

Choisir "Tech Stuffs" dans le menu en Anglais pour des informations plus recentes (votre navigateur traduit tout seul non :) ?)

Chepa est un catamaran Fidji, construit par Fountaine Pajot en 1991. Bien que je ne sois pas tres tres sur de son histoire, je pense que les premieres annees, Chepa etait dans un flotte de charters en Greece. Un couple d'Americains l'a achete en Europe et a passe 5 ou 6 ans dans la Mediterranee.

Fin 2002, Chepa a traverse l'Atlantique sur le pont d'un cargo. Un peu etrange, car le bateau est tout equipe pour la haute mer. J'ai trouves Chepa en Juillet 2003, et le 1er Aout 2003, Guillaume et Philippe ont quittes Ft Lauderdale, Florida, USA pour St Augustine, au nord de la Floride, soit un peu plus de 300 miles nautiques plus au nord. Chepa est ensuite retourne a Ft Lauderdale pour recevoir plusieur petit changements et un gros : de nouveau moteurs Yanmar de 30 cv pour remplacer les 2 Volvo de 18 cv, a bout de souffle.

Chepa a 3 cabines doubles, deux dans la coque tribord et une a babord. Une quatrieme cabine, a babord, a ete transformee en espace de rangement. Au-dessus et entre les coques se trouve le salon, avec un grand carre capable d'assoir 8 personnes et un espace cuisine etc..

La voilures est d'environ 95 m2, plus un Spy de 95m2. Une annexe de 3.50 m avec un moteur de 15ch est entre les deux pontons arrieres, on a ajouter un petit Kayak bien pratique, est une planche a voile bien sympa

Chepa pese 6T a vide, avec un tirant d'eau de 1m. Le reservoir d'eau douce est de 400 L et un desalinaseur permet de le remplir en mer. 250 litres de gasoil lui permettent une autonomie moteur de l'ordre de 1 000 mile nautique.

La longueur est 11.80 m par un bau de 8.40.

Hiver 2004 :

Les travaux de fond ont commences!

Les deux moteurs Volvo de 18 ch. affichent 4500 et 10500 heures, et n'ont pas été très bien entretenus. Ils sont remplaces par deux Yanmar 30cv tout neufs. Ce sont des 30YM avec saildrive SD20. Les alternateurs sont de plus changes, et deux alternateurs a haut débit installes - 120 A chacun.

Remarques décembre 2004 : Apres 450 heures sur les moteurs, les premières remarques… Les Yanmars sont très silencieux, consomment peu - a peu près 1.5 litres par heures pour les deux ensemble a 2600 tr/m, 7 noeuds avec les "petites hélices". Peu ou pas de vibrations si l'hélice est propre.

Les alternateurs de 120 A sont une malédiction, les courroies ne durent pas, entre 10 heures et 60 heures. C'est très pénible. De plus, l'un meure prématurément et donc, en novembre 2004, ils sont échanges pour des 80 A ; a suivre…

Les Yanmars sont aussi mal adaptes pour accepter de gros alternateurs, leur bras support étant très courts. Il faut faire des bras sur mesure - Yanmar n'offre pas de bras plus long on option - et FORGES - sinon les vibrations les casent, comme j'en ai fait l'expérience. A part ces problèmes d'alternateurs, pas de problèmes ou soucis avec les moteurs eux-mêmes.

Leur maintenance souffre de deux problèmes. Le premier, c'est le filtre a gazole, monté de façon impossible très près du bloc et au-dessus des poulies. Donc quand on change le filtre, il est impossible de ne pas en mettre de partout. La solution est simple, je rajoute un filtre en amont, bien dégage et accessible.

Le saildrive SD20 ne peut pas être vidangée par l'intérieure. Il faut faire la vidange hors de l'eau, ce qui veut dire échouer le bateau - pas toujours possible - ou le sortir sur travel-lift, une histoire de $300 a chaque fois … toutes les 100 heures. Un problème pour une croisière dans des endroits ou on ne peut pas échouer et ou l'équipement des chantiers ne peut pas accommoder 21 pieds de bau.

Une des quilles est refaite, ainsi que le safran tribord, tous deux prenaient l'eau. Les poupes sont consolidées et le support du windlass aussi. Le bateau est converti du Butane européen au Propane US. Les batteries sont changées pour des AGM, 2 x 8D et 4 x 4D donnant en tout 700 Ah.

Printemps 2004 :

La bôme est trop basse et touche souvent le dessus du dodger, elle est remontée de 25 cm. Deux tracks de réglage de geneoa sont installées sur les plats-bords, pour un - bien - meilleur contrôle de la voile avant sous les allures portantes, quand meme le pain quotidien d'un catamaran!

Le gros projet est le rajout de l'arche en inox 316 sur les pontons arrières. D'abord, ceux-ci sont renforces pour subir les efforts de la grosse arche. L'arche est construite sur mesure et installée - 3 jours pour l'installer, car les angles sont tous "bizarres, plus le besoin être soudée au rail de la promenade arrière. L'arche reçoit l'annexe - enfin assez haute pour ne plus subir la mer -, 4 panneaux solaires de 80 watts, et une éolienne haut débit KISS. Plus tout le matériel de pêche, et un tas d'autres trucs.

C'est beaucoup de confort en plus, et aussi beaucoup de place, car on récupère toute la promenade, encombrée avant cela par les bosses de support de l'annexe. Et plein de place dans les coffres.

Novembre 2004 :

Une des hélices voyage sur son axe. Apres vérification, hélice en aluminium a été usée sur sa face arrière par des débris entre elle et l'avant de la saildrive ; Ces hélices souffraient de 2 autres problèmes. D'abord, elles étaient un peu trop petites. Les moteurs peuvent sans problème pousser une plus grosse hélice, ou une avec un plus grand pas. Ensuite, ce sont des hélices "fixes". A la voile, les moteurs sont laisses au point mort, et hélice tourne, le saildrive tourne - et s'use - et tout cela fait un peu de bruit. Enclancher une vitesse arête tout ça, avec le risque que dans une pointe de vitesse, le moteur démarre !! Bref, les solutions sont de mettre des hélices " repliables type bec de canard " - chères - ou " en plume " - horriblement chères. Deux repliables sont installées - des JetStreams en inox - avec un pas hélice plus important - 1 pouce de plus. Résultats a venir…

Le pied de la grande voile est enfin recoupe, pour en améliorer la forme et donc, le contrôle - notamment pour le près. On en profite pour faire toutes les petites réparations, et changer les lattes en bout de souffle.

Janvier 2005:

Bon, les nouvelles helices sont apparement un" bon" investissement. Si il est encore un peu tot pour parler de leur fiabilite, au niveau conduite du bateau elles apportent un plus indeniable pour :

- marche sous 1 seul moteur en mer : 1 1/2 noeud de mieux a 2500 trm.

- marche par petit temps, entre 7 et 15 noeuds de vent : la c'est flagrant, le bateau tire un excellent profit de leur faible prise, avec un ecard entre 1 et 2 noeuds de plus. Et tout cela en silence.

- au pres : ici aussi, un mieu, le bateau allant un peu plus vite, il derive moins, et cela donne une meilleur remontee. Les helice ne font pas tout, la nouvelle coupe de la grande voile aide sans doute beaucoup.

La grande voile se comporte en effet beaucoup mieux, est plus facile a regler, et cela compense bien la petite perte de surface. Par temps moyen, le Chepa est enfin capable de remonter a un peu mieux que 50 degres du vent reel, avec un bonne vitesse. Pas vraiment de quoi parader en regate, mais pour un catamaran de croisiere, c'est bien, et suffisant.

Les nouveaux alternateurs semblent faire bon menage avec leur courroie, et plus de probleme n'est a signaler de ce cote la. Comme les panneaux solaires et l'eolienne semblent produire en generale assez de courrant chaque jour, on ne fait jamais tourner les moteurs pour simplement charger les batteries. A refaire, je garderai simplement les petits alternateur d'origine de 60 A, une bonne economie de dollars par rapport aux Balmars plus regulateurs.

Les batteries AGM sans maintenance ne me semble par contre pas bien adaptees a la longue croisiere. A part le fait que l'on ai pas a les controller, leur qualites sont une tres faible decharge lorsque elles ne sont pas utilisees, parfait pour un bateau laisse la semaine ou le mois sur corp mort ou a l'ancre. En croisiere, ce n'est pas vraiment un avantage, elles sont toujours utilisees. Leur default majeur, a part leur prix bien entendu, est lie a leur faible nombre de cycle charge / decharge, de l'ordre de 300 d'apres le fabriquant.

Pour un bateau utilise chaque WE, tout cela est parfait. Les batteries se chargent la semaine, avec un panneau solaire par exemple, ou branchees au quai, et on tire dessus le WE. 300 cycle, cela fait quand meme 6 ans si on utilise tous les WE. Sur un bateau en croisiere, les donnees changent beaucoup.

Dans notre cas, elles se chargent a font les jour ensoleilles avec 15 noeuds de vent. Donc a peu pres 2 fois par semaine ces derniers temps. Les autres jours, elles se chargent a 80% ou 90% en fin de journee, decendent autour de 75% au matin, etc... Les cycles partiels comme ceux-la ne sont pas tres bons pour les batteries en general, les batteries classiques comme les AGM preferant des cycles complets avec une charge a 100%. Mais meme si on faisait des cycles complets, 300 cycles cela ne fait que 10 mois de croisiere...

Pour l'instant, nous n'avons pas de probleme majeur, mais bien sur, on arrive juste a ces fameux 10 mois... leur courbe de decharge s'est deja modifiee, avec seulement quelques heures au-dessus de 13.5 V a partir de leur pleine charge (l'hiver dernier, elles restaient plus de 24 H au-dessus de 13.5V, pour une charge equivalente).

Comme on peut tout lire et son contraire sur les AGMs, il est assez difficile de se faire une idee bien claire. Peut-on egaliser les batteries ? Faut-il ? ou surtout pas ? les deux sont dits ici et la, le constructeur est lui muet sur le sujet.

Les photos suivantes en montrent un peu plus.

 

 

HomePage --- Accueil